Pourquoi les adolescents sont-ils toujours fatigués ?

Comment se fait-il que les adolescents soient si fatigués ? C’est vrai ça ! Le matin ils veulent absolument faire la grasse-matinée et en cours, ils ne sont pas concentrés, on dirait qu’ils sont tout mous. Et s’il y avait une explication simple ?

Un temps de sommeil nécessaire

L’adolescence est un grand changement dans la vie d’un être humain. De nombreuses modifications opèrent dans le corps et chamboulent son organisation toute entière. Ces changements sont majoritairement hormonaux.

Pour se développer normalement, un adolescent doit avoir entre 8 heures et 10 heures de sommeil par nuit. Un ado ne respectant pas ce temps là s’expose à certains symptômes comme :

  • de la fatigue et des somnolences,
  • des insomnies,
  • une diminution des capacités cognitives et motrices,
  • un dérèglement des fonctions du corps,
  • un affaiblissement des défenses immunitaires,
  • une accélération du processus de vieillissement,
  • une baisse de l’attention et de la mémorisation,
  • des troubles de l’humeur,
  • une augmentation des niveaux de dépression.

Pour en savoir plus sur les risques du manque de sommeil, vous pouvez consulter mon article sur le sujet.

ABONNEZ-VOUS A MA CHAINE YOUTUBE ▼

Ce qui est paradoxal dans l’histoire c’est que la moyenne des adolescents ne se couche pas avant 22h45 et qu’ils ont généralement cours à environ 8h00 le matin. Si vous comptez seulement 1 heure et demi de préparation (trajet compris) pour aller à l’école, cela nous donne un temps de repos moyen en dessous des besoins…

« Eh bien ils n’ont qu’à se coucher plus tôt ! » me direz-vous. Laissez-moi vous expliquer pourquoi ce n’est pas si simple.

Un changement d’horloge biologique

Je vous le disais, à cette période les adolescents subissent une transformation de leur corps. Celle-ci occasionne une modification de leur rythme biologique. En moyenne, les ados ont un décalage de leur horloge biologique de deux heures le soir.

Pour faciliter l’endormissement, il est recommandé d’éviter les écrans au moins une heure avant de s’endormir. En effet, la lumière bleue émise par les écrans gène le bon fonctionnement de la mélatonine (hormone en charge des cycles de veille et de sommeil).

Chez les adolescents, le taux de mélatonine s’élève plus lentement le soir. Cela est dû à une sensibilité différente à la lumière à cette période de la vie. Leur corps n’est donc pas prêt à s’endormir tôt. C’est la raison pour laquelle ils ont besoin de davantage dormir le matin.

Il est très difficile, biologiquement parlant, pour un adolescent de se lever avant 8h00 le matin.

-10% avec le code FEELGOOD101

En conséquence, ne pensez-vous pas que la solution serait plutôt d’adapter les horaires scolaires à ces connaissances que nous avons depuis un petit moment déjà ?

Qu’on se le dise : le rythme imposé aux adolescents va à l’encontre le leur fonctionnement profond. Alors pour leur bien-être et leurs résultats : adaptons le système à leurs besoins et non pas leurs besoins au système… A méditer !


N’hésitez pas à partager cet article ! S’il vous a plu, il plaira à d’autres ! 🙂

TÉLÉCHARGEZ VOTRE VIDÉO GRATUITE ! ▼

Nutri&Co

30 gélules Probiotiques offertes à partir de 60 € avec le code promo :

feelgood

Dynveo

-10% sur les compléments alimentaires naturels Dynveo avec le code promo :

feelgood101

Nutripure

-5 € à partir de 50 € avec le code parrain :

gfeelgood

3 réflexions au sujet de “Pourquoi les adolescents sont-ils toujours fatigués ?”

  1. Oui, mère de trois garçons et professionnelle dans le secteur de l enfance, je constate depuis 25 ans d expérience que les besoins de l enfant et de l adolescent ne sont vraiment pas respectés dans nos sociétés. il faudrait créer une instruction nationale qui respecte les rythmes biologiques particuliers de l enfant et de l adolescent, qui ne sont pas des petits adultes.

    Répondre
    • Merci beaucoup pour ton commentaire Tesa !
      Je suis 100% en accord avec ce que tu dis. Il est tout de même incroyable d’avoir autant de connaissances à notre époque et de si peu s’en servir…

      Répondre

On en discute ?