La douleur mal perçue. Elle est inconfortable, elle dérange, elle est toujours blâmée et n’est jamais la bienvenue. En réalité, la douleur est un cadeau mal reçu. Pour gérer la douleur, beaucoup de personnes cherchent à la combattre, à la repousser, à la faire taire. Ce n’est pas la bonne façon de faire. Dans cet article, je vous donne 3 étapes simples pour gérer sa douleur sans médicament, rapidement !

Qu’est-ce que la douleur ?

Très succinctement et concrètement, la douleur est un message que vous envoie votre corps pour vous signaler qu’il y a un problème.

Même s’il est désagréable, il faut toujours garder en tête que c’est un MESSAGE. Et si c’est si inconfortable, c’est pour vous inviter à agir ! La douleur est une information très précieuse que vous donne votre corps sur sa situation. Voici donc 3 étapes à suivre pour gérer la douleur sans médicament :

Étape 1 : accepter la douleur

Comme je l’évoquais en introduction, face à la douleur, nous avons appris à lutter, à « jouer les durs » (particulièrement les garçons qu’on pousse souvent à serrer les dents et à se taire). On cherche parfois même à se convaincre qu’on ne ressent rien : « T’as pas mal ! Tu sens rien ! T’es plus fort que la douleur ! ». Mais…ça ne rime à rien de chercher à être plus fort qu’un message de notre propre corps. C’est aussi intelligent que de se frapper en plein visage avec ses propres mains… 🤦‍♂️

ABONNEZ-VOUS A MA CHAINE YOUTUBE ! 😀 ▼

Pour bien comprendre comment réagir face à la douleur, prenons un exemple :

Imaginez qu’une personne, qu’on appellera Jeannine pour le bien de l’image, vienne vous taper sur l’épaule pour vous parler. Je précise que je n’ai rien contre les Jeannine, mais je ne peux pas m’empêcher de me représenter une tante blonde très bavarde portant ce prénom… 🙄 Bref ! Lorsque Jeannine vous tape sur l’épaule, vous avez trois options :

  1. L’ignorer, en faisant comme si elle n’était pas là.
  2. La rejeter, en la poussant un peu plus loin.
  3. Vous tourner vers elle pour entendre ce qu’elle peut bien vouloir vous dire.

Eh bien Jeanine…c’est votre douleur. Vous pouvez l’ignorer et la laisser vous taper sur l’épaule jusqu’à devenir fou. Vous pouvez la pousser et attendre qu’elle revienne, parce que oui, Jeanine est très motivée pour vous parler. Ou vous pouvez tout simplement vous tourner vers elle et prêter l’oreille à ce qu’elle veut vous dire, quitte à ce que ce soit un petit peu long… 😑

Vous l’aurez compris, la meilleure solution, c’est d’ACCEPTER de recevoir le message. Et vous allez même constater, qu’immédiatement vous aurez moins mal ! Pourquoi ? Tout simplement parce que Jeanine aura cessé de vous taper sur l’épaule… Au sens propre et figuré.

Étape 2 : écouter la douleur

Maintenant que vous vous êtes tourné vers votre douleur pour entendre ce qu’elle a à vous dire, il va s’agir de l’ÉCOUTER. Entendre et écouter sont deux choses différentes. L’écoute implique une réception, ainsi qu’un traitement du message. Vous devez donc être attentif à l’histoire de Jeanine. Bon, je vous l’accorde, parfois ses histoires sont douloureuses et pesantes, mais dites-vous que c’est pour la bonne cause !

Ecoutez votre douleur :

  • Quel est le type de douleur qui me parle ? Une décharge électrique, une brûlure, une pointe ?
  • De quel endroit parle-t-elle ?
  • Revient-elle souvent parler ou est-ce la première fois ?
  • Son histoire a-t-elle un lien avec un événement récent ou lointain que j’ai vécu ?

Faites le bilan !

Étape 3 : agir !

Ouf ! Jeanine en a enfin fini avec son histoire… 😩 Allez, tout est noté, c’est super. Je sais ce que j’ai, salut ! 👋

Euh…non, c’est pas fini. Savoir ce qui nous touche n’est pas suffisant. Il faut prendre maintenant prendre des dispositions, pour éviter que Jeanine ne revienne encore vous taper sur l’épaule et vous perturber avec ses histoires morbides !

-15% avec le code FEELGOOD15

Rassurez-vous, c’est humain. Combien se contentent d’un diagnostic quand il s’agit de douleur ? Combien se détournent et évitent de se prendre en main avec le célèbre et ravageur : « Boh ! Ça va passer… » ? C’est de la « procrastination douloureuse » ! La douleur est un cadeau de votre corps, ne lui faites pas l’affront de le garder dans l’emballage. 🎁

Alors, c’est parti ! Renseignez-vous sur vos options, consultez un spécialiste si nécessaire, adaptez votre mode de vie si Jeanine le demande et tout va rentrer dans l’ordre.

Si la douleur est tout ce qu’il y a de plus normal, vivre avec la douleur ne l’est pas. Je finirai donc avec cette phrase à la fois savante et poétique : « Croiser Jeanine en soirée, c’est sympa ; l’avoir à la maison toute l’année, c’est cata.« 

TÉLÉCHARGEZ VOTRE VIDÉO GRATUITE ! ▼