Minimalisme : pourquoi vivre avec moins ?

minimalisme-pourquoi-vivre-avec-moins

Le minimalisme est de plus à la mode aujourd’hui. Des livres, des vidéos, des films, des articles, ne cessent d’apparaître sur le sujet… Mais comment se fait-il, que dans une société où nous pouvons tout avoir (ou presque) facilement, nous cherchions à vivre avec moins, plus simplement ? Je vais tenter de répondre à cette question, tout en vous racontant comment je me suis lancé dans le minimalisme, comment j’ai commencé.

Ma définition du minimalisme

Le minimalisme n’a pas de définition propre, puisqu’il y a autant de façon d’être minimaliste que de personnes le mettant en pratique.

Personnellement, j’aime à dire que le minimalisme n’est pas le fait de vivre avec « moins », mais le fait de vivre avec la « proportion parfaite » par rapport à son mode de vie.

Vous pouvez donc être minimaliste en gardant un nombre de possessions qui pourrait paraître « beaucoup » pour certains…


ABONNEZ-VOUS A MA CHAINE YOUTUBE ! 😀 ▼


Les cheat codes de la vie

A mes yeux, c’est justement parce qu’on peut tout avoir que la vie perd en intérêt. Nous perdons peu à peu l’objectif primaire d’accéder au confort, puisque, pour la majorité d’entre nous, nous l’avons.

C’est pour ça qu’aujourd’hui, les entreprises redoublent d’efforts pour nous solliciter, nous appâter, pour nous créer des objectifs illusoires ; comme celui d’avoir un beau corps, des habits « à la mode », la dernière console…

Tu pourrais donner un exemple ? 🤔

Bien sûr, j’en ai un bon !

Imaginez que vous jouez à un jeu. Vous passez de longues heures à fatiguer vos pouces, vos yeux et votre cerveau pour gravir les échelons qui vous séparent de la fin, du triomphe, de la satisfaction de vous dire : « Je l’ai fait ! »
Seulement voilà… Un jour, vous découvrez les codes de triche (cheat codes) qui vous permettent d’être invincible dans le jeu. Naturellement, vous les utilisez. Qui ne voudrait pas arriver à la fin du jeu sans avoir à faire d’efforts ? Même si c’est juste pour voir ce que ça fait ?
Et ça y est, en deux lettres et trois chiffres, vous voilà au boss final en mode « invincible ». Vous n’en faites qu’une bouchée et le jeu est terminé. Vous n’avez plus d’objectif, plus d’intérêt pour ce jeu, qui est désormais terminé et sans saveur.

Eh bien vous voyez, pour moi, vivre dans notre société actuelle, c’est un peu comme avoir les codes de triche de la vie. Plus besoin de chasser, de pêcher ou de cueillir pour avoir de la nourriture. Plus besoin d’avoir des montagnes d’or ou une expertise en menuiserie pour être bien chez soi. Plus besoin de tricoter ou de faire un feu pour avoir chaud. Plus besoin de chercher désespérément de l’ombre pour être au frais.
Je pourrais continuer cette énumération très longtemps encore… Mais je pense que vous avez compris 😉

Avoir pour être heureux

Aujourd’hui, on nous dit que pour être heureux, il faut AVOIR. Or, comme l’indique la construction de la phrase « ÊTRE heureux » ne dépend que de l’être.


TÉLÉCHARGEZ VOTRE VIDÉO GRATUITE ! ▼


En conséquence, ne pas avoir n’a aucun lien avec le fait d’être heureux. « Avoir » est lié au plaisir, qui est passager. En opposition au fait d’être heureux, qui dure. En résumé :

  • avoir = plaisir
  • être = bonheur

Je pense donc que si le minimalisme est de plus en plus à la mode, c’est parce qu’à force de remplir nos pièces, on se rend compte que ça ne remplit pas nos têtes

Pourquoi je me suis lancé dans le minimalisme ?

C’est fou à dire, mais j’ai tout ce qu’il me faut pour vivre. J’ai un toit, de quoi manger et boire, de quoi me vêtir, de quoi me chauffer ou me rafraîchir… A côté de ça, j’accumulais depuis des années des quantités de vêtements, de produits, d’objets en tout genre dont je ne me servais jamais. Quand je dis que je ne m’en servais jamais, c’est qu’ils restaient littéralement au même endroit à prendre la poussière, sans jamais avoir de fonction. Quel intérêt ? Aucun. Et s’ils pouvaient trouver une fonction chez d’autres ? 🎁

Le minimalisme est pour moi une façon de revenir à l’essentiel, de me séparer de mes contraintes physiques, pour être plus libre dans mes déplacements et dans ma tête. C’est incroyable à quel point se séparer de choses inutiles ou sans valeur sentimentale particulière, peut faire de la place à la fois physiquement et mentalement.

Se séparer des choses permet de faire plus de place à ce qui importe vraiment : l’expérience.

Les possessions me pèsent physiquement

A trop posséder, on porte un poids que l’on néglige :

  • Pour déménager, il faut deux semi-remorques.
  • Pour trouver de la place pour ranger, c’est un vrai défi. Comble du comble : nous achetons des meubles, qui prennent de la place, pour ranger ce qui ne rentre pas.
  • Pour vivre, il faut de plus grands espaces. Il faut faire rentrer les choses et les gens.
  • Avoir à chercher ses affaires, à choisir parmi tous les possibles que nous possédons, demande plus d’énergie et de temps.
  • Posséder beaucoup de chose rend les tâches du quotidien plus complexes, comme faire le ménage, ranger ou cuisiner. Cela demande plus d’organisation et de méthode.

C’est tout d’abord pour ces raisons, que j’ai décidé de réduire mes possessions à l’essentiel.

Les possessions me pèsent mentalement

A trop posséder, on s’encombre l’esprit sans s’en apercevoir. On parle de « charge mentale » :

  • La peur de perdre. Plus on possède de choses, plus on a besoin de place dans sa tête pour les mémoriser et moins il est facile de se souvenir de tout. Cela prend de l’énergie mentale, qui pourrait être utilisée à faire d’autres choses plus profitables.
  • Le stress de penser à remplacer. Plus on possède de choses, plus il est nécessaire d’en remplacer. Tous les produits ont une durée de vie…
  • Les choses perdent de la valeur. A trop posséder, on perd la gratitude d’avoir et la profondeur de la relation aux objets. Moins posséder permet de réapprendre à se tourner vers l’essentiel, à redonner de l’intérêt aux choses, même les plus insignifiantes.
  • La fin de la comparaison permanente. Posséder nous pousse à nous comparer aux autres et à consommer toujours plus. En réduisant ses possessions, la comparaison devient inutile et vous apprenez à vous tourner vers vous-même, vers vos réels besoins.

ATTENTION : la définition du minimalisme n’est pas : « Tout foutre à la poubelle et vivre d’amour et d’eau fraîche. » La définition réelle du minimalisme est propre à chacun. Pour certaines personnes, la définition que je viens de donner est conforme. Pour d’autres, elle est beaucoup plus flexible ou plus consumériste.
Personnellement, ayant une activité audio-visuelle, j’ai besoin de matériel spécifique sans quoi, je ne peux pas travailler (caméra, ordinateur, trépied, micro, etc.). Ma définition du minimalisme n’est donc pas celle que j’ai énoncée plus haut 😉

Et vous, le minimalisme vous intéresse ? Voulez-vous tenter l’expérience ? Avez-vous déjà essayé ?

Minimalisme : pourquoi vivre avec moins ?
5 (100%) 1 vote

The following two tabs change content below.

Guillaume Feelgood

Fondateur de Mr BienEtre
Blogueur et Youtubeur bien-être, je partage mes conseils pour être au top tous les jours ! C'en est fini de ce stress qui bouffe votre vie, de ce corps ramolo qui peine à monter les escaliers, de cette envie insupportable de dormir au boulot après le repas du midi !

Derniers articles parGuillaume Feelgood (voir tous)

Vous aimerez aussi...

Laissez-moi un mot sur cet article